La bonne humeur, un secret ?

Ah, je vous vois venir, « quoi, il y a donc un secret miracle ? » et bien pas exactement haha. Aujourd’hui j’avais envie d’écrire un article plus personnel et surtout envie de me livrer à vous. Pas évident d’ouvrir une page blanche et de savoir par où commencer sur ce sujet qui fait parti de moi depuis toujours, mais qui malgré tout n’est pas si facile à partager. Chaque jour je reçois de votre part ici, par mail ou sur les réseaux sociaux de nombreux messages faisant écho à mon sourire, ma bonne humeur communicative. Je ne peux pas débuter cet article sans vous dire à quel point cela me touche. Savoir, que par le biais d’un snap, d’une vidéo ou d’un petite photo sur Instagram je vous apporte un peu de joie me fait extrêmement plaisir, vraiment. Tous ces messages sont souvent accompagnés d’une même question : « comment fais-tu pour être tout le temps de bonne humeur ? ». Ça me fait sourire (encore, décidément haha) puisque ce n’est pas le cas tout le temps. Hé oui, j’ai aussi mes moments de mou et de jours moins bons mais c’est tout à fait normal. Après tout, qui n’a jamais de petits off ? Même Casimir les gars haha (référence so' 80)...

 

Déjà petite, un vrai petit clown.

Comme vous le savez peut-être, je suis née avec un handicap poly-malformatif qui affecte mon dos, ma jambe droite et certains de mes organes internes. Je vous la fait courte puisqu’il ne s’agit pas là d’expliquer le bric-à-brac de mon corps (haha je vous jure que je suis née en kit IKEA… à l’heure actuelle nous cherchons encore les pièces manquantes comme un puzzle géant). Enfin bref. Ce handicap fait parti de moi. Ce n’est pas qui je suis, mais c’est grâce à lui que je suis qui je suis aujourd’hui. C’est étrange d’employer le mot « grâce » pour quelque chose qui pourrait s’apparenter à du négatif, et pourtant. Avec le temps, et malgré les épreuves, je sais aujourd’hui que sans lui je ne serai pas "moi"... une petite nana rigolote, avec un caractère bien trempé. D’après mes parents, mon sourire s’est dessiné quelques heures seulement après ma naissance. Comme une preuve, les yeux plongés dans le regard de ma maman, que malgré tout ce qui allait se passer, malgré ce que pourrait dire les médecins, je serai forte et saurai affronter la vie avec optimisme. Ça n’a pas loupé… les séjours à l’hôpital se sont enchaînés, parfois des mois sans sortir de la chambre, les séances de rééducation, les regards. Vous savez ce qu’il y a de plus fou là dedans ? C’est qu’en listant les épreuves que j’ai pu avoir par le passé, je n’ai pas pu m’empêcher de me souvenir des bons moments qu’il y a eu aussi. Et c’est sûrement là que mon « secret » se cache, là que je puise ma force. Prendre du bien face au moins bon. Voir le positif là où il n’y en a pas forcément. Eh oui car pendant ces mois à l’hôpital, il y a aussi eu de merveilleuses rencontres, des courses de fauteuils roulants dans les couloirs du service orthopédique de Clocheville, des soirées jeux mémorables, des heures de rire avec ma maman, mais aussi avec les infirmières (mes deuxièmes mamans) et le personnel de nettoyage. Ah ça ! Les longues matinées à faire des mots fléchés avec Madeleine, une femme de ménage adorable.
Bref, je m’égare, mais vous avez compris l'idée :)

La bonne humeur, un secret ?

Bulle de champagne…

... était le petit surnom que m’a maman me donnait. Ce matin elle m’a dit au téléphone que ça décrivait parfaitement ce petit truc pétillant que j’ai en moi depuis toujours. Alors, loin de moi l’idée de me lancer des fleurs car comme on se le dit souvent, j’ai aussi beaucoup de défaut hein haha. Mais c’était sympa de pouvoir avoir son avis puisque c’est bien entendu la personne qui me connait le mieux et qui a vécu avec moi ces épreuves depuis presque 25 ans. Elle en a aussi profité pour me rappeler comme c’était impressionnant à quel point, après chaque opération, et ce dès le réveil je souriais. Comme pour rassurer mes proches, me rassurer moi-même que tout s’était bien passé et cocher sur ma liste imaginaire « ok, ça c’est fait maintenant ça ira un peu mieux ». Sourire c'est ma défense, mon bouclier. Mon amie Camille m'a récemment fait la remarque que je ne pouvais pas m'empêcher de sourire ou de vouloir amuser la galerie malgré mes crises de douleurs au dos. Je pense que je le vois un peu comme un doliprane ou de la morphine. Ça m'aide vraiment à aller mieux. Finalement, au delà du fait d’être comme je suis grâce à ce handicap, je dois aussi beaucoup à mes parents qui depuis toujours m’ont inculqué des valeurs chères à mon coeur. Difficile au début de les comprendre, mais je les remercie d’avoir fait tout ça pour moi. Difficile de dire à son enfant de ne pas se plaindre, de relativiser, de prendre sur soi quand la douleur est omniprésente. Difficile oui, mais tellement instructif aussi. En ça, j'ai aussi pour projet d' aller amuser les enfants dans les hôpitaux pédiatriques et les aider à prendre du bon temps malgré tout. C'est quelque chose qui me tient extrêmement à coeur et puis entre nous, faire le clown avec des enfants, ça je sais faire haha.

.

La bonne humeur, un secret ?

Après la pluie, le beau temps.

Alors oui, comme pour beaucoup, il y a eu des moments moins bons que d’autres mais dans chacun de ces moments, je garde aussi de très bons souvenirs. Et quand je me lève le matin avec un petit moral, je me dis que dans quelques heures tout ira mieux, que ce n’est pas si grave. Et puis je m’aide avec ces petits trucs qui me font du bien comme une bonne playlist (aussi ringarde soit elle haha), un peu de ménage pour évacuer ce qui ne va pas, regarder une série qui me fera penser à autre chose, profiter des moments entre amis, d’une discussion avec l’une d’entre vous ou avec les copines blogueuses sur Twitter, apprécier un bon fou rire avec mon amoureux (et autant vous dire qu’il y en a beaucoup hahaha). Tous ces petites choses qui me font du bien. Je suis de celle qui pense que le positif amène le positif et ça m’aide vraiment. Oui, je suis sûrement dans une bulle un peu utopique, oui j’aime être optimiste. Mais ce n’est pas pour autant que je ne vois pas le monde tel qu’il est aussi. Et non, je ne comprendrai jamais cette fâcheuse tendance du bashing ou de la méchanceté (qu’elle soit gratuite ou justifiée). Ce n’est pas pour autant que je suis un ange, mais j’apprécie simplement les choses simples et les querelles n’en font pas parties. Alors comme l’avez compris, il n’y a pas vraiment de secret, désolée ;) … simplement une bonne dose de dynamisme, de motivation et soupçon de smile. (Ok, je suis tentée de dire « Pour tout le reste, il y a MasterCards hahaha, pardon.)

Ça m'a vraiment fait plaisir d'écrire et de partager cet article avec vous. Et sachez que ma mamie regarde tous vos petits commentaires et est souvent touchée par toute la gentillesse que vous avez envers moi. Y'a trop d'amour ici  Je vous remercie de m'avoir lu et j'espère de tout coeur que ça vous aura plu. Je pense écrire plus souvent ce type d'article blabla et humeurs, ça me plait énormément. D'ailleurs, j'aimerai publier ma playlist smile très bientôt. En attendant, je vous laisse avec un titre de Queen qui ne peut que donner la patate. Doux bisous les filles !

À vous de me dire si vous le voulez bien, qu'est-ce qui vous donne le sourire ?

Retour à l'accueil